Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 19:50

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

FANTOMAS

Film français

Genre: Comédie policière

Durée: 1h40

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Une série de forfaits, tous plus audacieux les uns que les autres, met la France en émoi et la police sur les dents. Pour calmer les esprits, le commissaire Juve décide d'annoncer l'arrestation imminente de celui qui signe ses crimes Fantomas. Un journaliste, Fandor, prétend pour sa part que ce dernier n'existe que dans l'imagination du commissaire. Sa fiancée, Hélène, lui suggère alors de publier une fausse interview du malfrat, avec photos à l'appui. Mais la supercherie n'est pas du goût du vrai Fantomas...

******

 MON AVIS:

Voici l'avant-dernier film que je souhaitais aborder dans le cadre de ce cycle angoisse. Oui, je sais que c'est un choix plutôt curieux de ma part, étant donné que ce << Fantomas >>, réalisé par André Hunebelle (photo ci-contre) en 1964; n'a rien d'un film angoissant. Mais si j'ai voulu inclure ce long-métrage dans ce cycle spécial, c'est simplement parce que son titre, << Fantomas >>, me fait penser à fantôme; et personnellement, fantôme m'évoque Halloween et Halloween m'évoque... l'angoisse. Et puis, si j'ai désiré parler de cette oeuvre, c'est peut-être aussi parce que son héros - qui est donc Fantomas - est un personnage assez mystérieux, et le fait que l'on ne connaisse pas son vrai visage lui donne un côté encore plus énigmatique aussi fascinant qu'inquiétant. Rappelons que ce film eut deux suites: << Fantomas se déchaîne >> (1965) et << Fantomas contre Scotland Yard >> (1967), aussi dirigées par Hunebelle.

Mais avant toute chose, je tiens d'abord à préciser que je n'ai jamais été une très grande fan de cette mythique trilogie, même si elle constitue pourtant un monument incontournable dans l'histoire de la comédie policière française, et même si j'ai beaucoup d'admiration pour ses deux acteurs principaux, qui sont Jean Marais et Louis de Funès (photo ci-contre). Ne soyez donc pas surpris si cette critique est peu enthousiaste... j'aime bien Fufu et Marais, et j'ai bien aimé les précédents films d'Hunebelle, mais ici, je n'accroche pas vraiment. Enfin bon, il faudrait peut-être que je revois les deux autres épisodes, parce que pour l'instant, j'ai juste revu celui-ci.

Sur l'interprétation, rien à redire, elle est parfaite. Dans le double rôle de Fantomas/Fandor, Jean Marais excelle et nous éblouit par ses multiples acrobaties et autres cascades. Face à lui, Louis de Funès - plus nerveux que jamais ! - endosse l'habit du commissaire Juve, rôle qu'il défend avec tout le talent qu'on lui connaît, même si il m'a paru légèrement effacé par rapport à Marais. Les seconds rôles - Mylène Demongeot, Jacques Dynam ou encore Robert Dalban; entre autres - sont en outre très bons. Mention également à Raymond Pellegrin, qui prête sa voix caverneuse au personnage de Fantomas.

En ce qui concerne le scénario, il est plutôt bien construit et se suit avec plaisir. Mais la seule chose qui me déçoit dans << Fantomas >>, c'est la mise en scène, que je trouve peut-être trop froide, malgré la présence comique de De Funès. Certes, il y a quand même pas mal de gags et de quiproquos (qui sont d'ailleurs assez amusants), mais je ne sais pas pourquoi, la réalisation d'Hunebelle ne parvient pas à me convaincre totalement et finit plutôt par me lasser. Heureusement, les rebondissements ne manquent pas et l'ensemble est réhaussé par une agréable musique, mais globalement, << Fantomas >> est un film que je trouve assez décevant et qui s'avère donc être une demi-réussite (ce n'est que mon avis, bien sûr !). Il manque à cette comédie policière ce je ne sais quoi qui change tout, ce petit quelque chose qui fait toute la différence. Dommage.

******

 EN CONCLUSION:

Si l'on ne se montre pas trop exigeant, << Fantomas >> reste un divertissement de bonne facture, à voir surtout pour les prouesses physiques de Jean Marais et les irrésistibles vociférations de Louis de Funès.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour toute la famille.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce



Partager cet article

Repost0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 20:18

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

LE GRAND BLEU

Film français

Genre: Drame

Durée: 2h43

(Noir & blanc et couleurs)

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Grèce, 1965. Jacques et Enzo, deux enfants élevés dans le culte de la mer, passent le plus clair de leur temps à pratiquer la plongée sous-marine. Jusqu'au jour où le père de Jacques, scaphandrier, se noie sous les yeux de son fils... Vingt ans plus tard. Jacques et Enzo, devenus plongeurs professionnels, se retrouvent en Sicile et la compétition pour tenter de battre le record du monde de profondeur s'instaure à nouveau entre eux...

******

 MON AVIS:

Il y a 20 ans (déjà !) sortait sur les écrans << Le Grand Bleu >>, un film devenu symbolique pour toute une génération de spectateurs. Pourtant, lorsque Luc Besson (passionné de plongée sous-marine) l'a mis en scène, il était sans doute loin d'imaginer que ce << Grand Bleu >> allait remporter un tel succès (plus de 9 millions d'entrées !). Mal reçu au Festival de Cannes de 1988, ce film a - malgré tout - su séduire le public français et s'est ainsi imposé comme un monument incontournable. Même si personnellement je ne le classe pas parmi mes films << cultes >><< Le Grand Bleu >> est néanmoins une oeuvre que j'apprécie.

Très investis dans leurs rôles, Jean-Marc Barr et Jean Reno sont tous deux très convaincants dans la peau de ces deux amis d'enfance qui, à l'âge adulte, deviennent peu à peu rivaux à force de vouloir obtenir le record du monde de profondeur. Jean-Marc Barr, surtout, est véritablement habité par son personnage d'homme complexe qui se considère presque comme un dauphin et préfère les eaux profondes plutôt que la terre ferme. Rosanna Arquette, dont l'héroïne féminine représente la Terre, s'en sort également très bien.

Le scénario, qui s'inspire de la vie des apnéistes Jacques Mayol et Enzo Maiorca, nous donne l'exceptionnelle occasion de profiter de magnifiques prises de vues sous-marines, filmées dans des paysages d'une renversante beauté. Au fur et à mesure que l'histoire avance, on ressent presque l'envie de traverser l'écran pour nager parmi les dauphins. La musique d'Eric Serra, qui nous rappelle justement le cri des dauphins, transporte littéralement le spectateur dans un autre monde, quasi irréel.

Seul bémol: quelques longueurs, qui alourdissent un peu le récit, auraient pu être évitées. Mais globalement, l'ensemble tient la route et parvient à nous captiver jusqu'à son terme.

******

 EN CONCLUSION:

Si pour ma part je le trouve légèrement surestimé, << Le Grand Bleu >> n'en reste pas moins un très beau film, qui en cette période estivale, constitue un divertissement idéal.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir un extrait



Partager cet article

Repost0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 00:53

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

TAXI 2

Film français

Genre: Comédie d'action

Durée: 1h30

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Pendant que Daniel continue de donner des sueurs à ses clients au volant de son taxi, le commissaire Gilbert et ses hommes - parmi lesquels on retrouve le maladroit Emilien - s'apprêtent à accueillir le ministre japonais de la défense, venu s'enquérir des nouveautés occidentales en matière de lutte anti-terroriste. Leur mission: convaincre ce dernier de l'efficacité de leur voiture blindée...

******

 MON AVIS:

Devant le succès phénoménal rencontré par << Taxi >> (près de 6,4 millions de spectateurs en 1998 !), cela semblait logique, voir même inévitable, qu'une suite voit le jour. C'est ainsi qu'en 2000, Daniel, le chauffeur chauffard, et Emilien, le flic maladroit et malchanceux; font leur grand retour sous la houlette du réalisateur Gérard Krawczyk dans << Taxi 2 >>. Avec plus de 10,3 millions d'entrées au compteur, ce second opus de la célèbre saga est, à ce jour, celui qui a eu le plus de succès.

Comme le dit si bien le proverbe, on ne change pas une équipe qui gagne, et c'est ainsi qu'on retrouve donc logiquement tous les personnages et les acteurs du premier volet (Samy Nacéri, Frédéric Diefenthal, Bernard Farcy, Marion Cotillard ou encore Emma Sjoberg), qui reprennent leurs rôles respectifs avec énergie et bonne humeur.

Certes, le scénario ne vole pas très haut et a un air de déjà-vu. Mais malgré quelques gags qui sentent un peu le réchauffé, certaines répliques sont croustillantes, et puis, il faut bien reconnaître que les scènes d'action sont plutôt réussies, et les cascades sont assez impressionnantes, bien qu'elles tombent parfois dans un côté trop excessif. Le tout servi par l'entraînante musique d'Al Khemya.

******

 EN CONCLUSION:

Bref, ce << Taxi 2 >> n'est certainement pas un chef-d'oeuvre, mais il constitue néanmoins un bon divertissement, à condition, évidemment, de le prendre au second degré. Deux étoiles parce que même si ce n'est pas vraiment le genre de film que je préfère, j'ai toutefois ri à certains moments.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour toute la famille.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce



Partager cet article

Repost0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 01:51

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

1492: CHRISTOPHE COLOMB

Film américain

Titre original: << 1492: Conquest of Paradise >>

Genre: Aventures

Durée: 2h24

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

XVe siècle, en Espagne. Alors que l'Inquisition fait rage, Christophe Colomb, marin d'origine génoise, prétend qu'il existe un moyen de rallier les Indes par l'Ouest. Il lui faut pour cela réunir d'importants moyens et vaincre les résistances des autorités scientifiques et religieuses. Après bien des revers, il reçoit enfin le soutien de l'armateur Pinzon et de Sanchez, le trésorier de la reine Isabelle...

******

 MON AVIS:

La première chose qui m'a donné l'envie de découvrir ce film, c'est sa superbe musique que j'ai souvent écouté et que j'aime vraiment beaucoup. En entendant une musique aussi grandiose, je me suis dit que ce film devait également l'être. A travers ce << 1492: Christophe Colomb >>, sorti en 1992; Ridley Scott, le réalisateur de << Gladiator >> (2000), nous raconte le destin extraordinaire de cet homme qui découvrit l'Amérique le 12 octobre 1492. Par son histoire, son ambiance et son style, << 1492: Christophe Colomb >> m'a beaucoup fait penser à << Mission >> (1986), le magnifique film de Roland Joffé.

Gérard Depardieu, plutôt inattendu dans un rôle comme celui-ci, s'en sort malgré tout très bien. Il est véritablement habité par son personnage et l'incarne avec beaucoup de conviction. Ce qui est intéressant ici, c'est la façon dont on nous présente Christophe Colomb: on le décrit comme un aventurier obstiné et généreux, rêveur et très croyant, et qui ne vit que pour sa passion. Le reste de la distribution est tout aussi excellent et nous donne l'occasion de retrouver des grands noms, tels que Sigourney Weaver, Tchéky Karyo ou encore Fernando Rey.

Mais toutefois, ce film ne m'a pas totalement convaincue, et je dois vous avouer que j'étais un peu déçue. Retracer 10 ans de la vie d'un homme tel que Christophe Colomb, même en 2h30, ce n'est pas évident et cela se ressent: les scènes se succèdent sans qu'il y ait de réel fil conducteur, ce qui est fort dommage. Certes, la mise en scène est très impressionnante et bénéficie de moyens considérables: très beaux costumes, somptueux décors et sublime photographie. Mais l'ensemble manque cruellement de souffle et de rythme, et beaucoup de longueurs se font ressentir. La barbarie de quelques séquences n'arrange pas les choses. Heureusement, l'envoûtante musique de Vangelis transporte le spectateur et donne un peu de punch à ce film par ailleurs assez longuet.

******

  EN CONCLUSION:

<< 1492: Christophe Colomb >> reste néanmoins une épopée grandiose et spectaculaire, à voir surtout pour les renversants paysages et la prestigieuse musique, mais la violence de certaines scènes peut cependant choquer.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce (Cette B.A. est en V.O. non sous-titrée)



Partager cet article

Repost0
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 14:38

Tatie Danielle, une vieille dame mesquine et teigneuse, vit dans le souvenir de son défunt mari, Edouard, à qui elle confie ses soucis. Elle a pour seule compagnie son chien et une bonne souffre-douleur. Après la mort de cette dernière, elle décide de vendre sa maison d'Auxerre pour aller s'installer chez son neveu, Jean-Pierre, qui vit à Paris avec son épouse Catherine et ses deux enfants...

Après << La vie est un long fleuve tranquille >> (1988), Etienne Chatiliez réalise en 1990 son deuxième film: << Tatie Danielle >>. Joli succès au box-office (plus de 2 millions de spectateurs), << Tatie Danielle >> s'est imposé, au fil des années, comme un film culte.

Tsilla Chelton, incroyable, incarne avec force et talent le rôle de cette vieille dame méchante et cruelle qui prend du plaisir à faire souffrir sa famille. D'abord détestable, cette femme se révèle, au fur et à mesure que l'histoire avance, être une personne attachante qui souffre de sa solitude. Tsilla Chelton est remarquable dans ce rôle plutôt ambigu et l'on regrette que cette actrice n'ait pas eu une carrière plus importante. Les seconds rôles sont excellents, notamment Catherine Jacob et Isabelle Nanty.

La mise en scène est maîtrisée avec talent par Etienne Chatiliez: le spectateur se retrouve ainsi plongé dans une atmosphère inquiétante et très dérangeante. De plus, les dialogues sont percutants et la musique est géniale.

Ce film fait beaucoup rire, à condition d'aimer l'humour grinçant, car cette comédie satirique peut aussi mettre le spectateur mal à l'aise. Au final, on se rend tout simplement compte que << Tatie Danielle >> est un film qui en dit beaucoup sur la solitude des personnes âgées...

En conclusion, << Tatie Danielle >> est un film piquant, dérangeant et tendre à la fois, servi par une interprétation magistrale, mention spéciale à Tsilla Chelton qui nous offre une prestation époustouflante. Voici donc un bon divertissement, qu'il vaut mieux toutefois éviter de mettre entre toutes les mains.



Partager cet article

Repost0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 00:02

Au XIXème siècle. Ada, muette depuis l'âge de 6 ans, quitte l'Ecosse avec sa petite fille Flora, âgée de 9 ans, et son piano, pour la Nouvelle-Zélande, où l'attend son mari, Stewart, qu'elle ne connaît pas. Stewart accepte de transporter tous ses meubles, à l'exception du piano qui échoue chez Baines, son contremaître indigène, qui est illettré. Ne pouvant supporter cette perte, Ada accepte le marché que lui propose ce dernier: regagner son piano touche par touche en se soumettant à ses fantaisies...

 Enfin, j'ai vu "La leçon de piano", réalisé par Jane Campion en 1992. Récompensé par une Palme d'Or au festival de Cannes en 1993 et salué par les critiques comme étant un superbe film, j'avais donc très envie de découvrir cette oeuvre dont on n'a dit que du bien. Effectivement, "La leçon de piano" est un film magnifique qui nous raconte l'histoire d'amour impossible entre une jeune femme muette passionnée de piano et le contremaître indigène de son mari.

A la fois sauvage et poétique, "La leçon de piano" est un film dans lequel la musique joue une très grande importance. L'héroïne, interprétée avec talent par Holly Hunter, est muette mais elle s'exprime à travers la musique, en jouant du piano. Il suffit de l'écouter jouer et d'observer ses regards, et l'on comprend rapidement ce qu'elle ressent. Comme quoi, il n'y a pas forcément besoin de parler pour dire ce que l'on ressent, il suffit de s'exprimer à travers quelque chose que l'on aime.

Les acteurs sont remarquables: Holly Hunter, qui ne parle pas pendant tout le film, s'exprime par son regard et elle joue magnifiquement bien son rôle. Harvey Keitel est excellent en amoureux malheureux et Sam Neill est parfait dans le rôle du mari trompé. De plus, les paysages sont enchanteurs et la musique est vraiment sublime.

Les seuls reproches que j'ai à faire, c'est que il y a des moments où j'ai trouvé que la mise en scène était complexe et assez difficile à suivre. A mon goût, il y avait un peu trop de scènes de lit et j'ai préféré fermé les yeux lorsque le mari d'Ada lui coupe le doigt.

Malgré ces quelques petits détails, l'ensemble m'a plutôt plu et en conclusion, je trouve que "La leçon de piano" raconte une émouvante histoire d'amour et constitue un très beau film à ne surtout pas rater.



Partager cet article

Repost0
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 00:33

Harpagon, un bourgeois avare, a deux enfants: Cléante, son fils et Elise, sa fille. Cette dernière est amoureuse de Valère, un jeune homme qui, pour se rapprocher de sa bien-aimée, ne trouve pas d'autre solution que celle de se faire embaucher chez Harpagon comme intendant. Cléante, lui, aime Marianne, une jeune fille sans aucune fortune et qu'Harpagon veut lui aussi épouser. Ce dernier décide de marier sa fille au seigneur Anselme, car il accepte d'en faire son épouse sans dot...

Ayant étudié "L'Avare" au collège, j'avais donc très envie de redécouvrir l'adaptation cinématographique réalisée par Jean Girault et Louis de Funès en 1980. Je me souviens que lorsque je l'avais découvert pour la première fois, je n'avais pas trop aimé car j'avais trouvé ça long, mais ce deuxième visionnage m'a permis de mieux l'apprécier et c'est peut-être aussi parce qu'aujourd'hui je comprends mieux l'histoire que j'ai pris plus de plaisir à revoir ce film. Il faut en effet reconnaître que Molière était un auteur assez complexe et que ses pièces sont parfois compliquées à suivre. De plus, le langage de l'époque n'est pas toujours évident à comprendre et c'est justement pourquoi il faut être très attentif si on veut tout suivre. Ayant lu l'oeuvre de Molière, je peux vous assurer que ce film respecte totalement le texte original.

Louis de Funès, affaibli et vieillissant, réalise ici un vieux rêve: jouer le rôle d'Harpagon. Son état de santé ne lui permettant pas d'incarner ce rôle au théâtre, c'est donc pour le cinéma que notre Fufu national va incarner avec brio un "Avare" plus irascible que jamais, gesticulant et grimaçant dans tous les sens pour le plus grand plaisir du spectateur. Louis de Funès faisait également ici son premier et unique passage derrière la caméra. Les autres acteurs (Michel Galabru, Claude Gensac, Bernard Menez, Guy Grosso, Michel Modo...) sont tous parfaits, même si on regrette que certains (Frank David, Claire Dupray, Hervé Bellon...) ne soient pas connus. Enfin, la musique est superbe.

Seuls regrets: la mise en scène est parfois très déroutante car ce film a souvent tendance à basculer entre le cinéma et le théâtre, il y a quelques longueurs et un manque de rythme à certains moments, et puis l'interprétation est parfois trop théâtrale.

Mais dans l'ensemble, c'est avec un réel plaisir que l'on suit "L'Avare" et aussi avec une certaine nostalgie en revoyant Louis de Funès dans l'un de ses tous derniers rôles... Divertissant.

 



Partager cet article

Repost0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 00:21

Ciby 2000

Pour se faire pardonner une aventure extraconjugale, Patrick, un viticulteur bordelais, a l'idée d'emmener son épouse Alicia dans le club-hôtel d'une île méditerranéenne, au large des Balkans, qui abrita autrefois leur lune de miel. Mais tous deux ignorent que ce petit paradis est le théâtre d'une véritable guerre civile...

Gérard Jugnot, Jean-Noël Brouté, Valérie Lemercier, Roland Marchisio et Jean-Pierre Cassel. Ciby 2000

"Casque Bleu" (1994) est peut-être l'un des rares films de Gérard Jugnot dont je ne me souvenais pas. Après avoir abordé le thème du chômage dans "Une époque formidable" en 1991, l'acteur-réalisateur s'intéresse ici à la guerre civile. En (re)découvrant ce film aujourd'hui, j'ai été assez surprise car je dois vous avouer que voir Jugnot affronter des soldats et se retrouver face à de nombreux morts, ça peut surprendre car on est pas vraiment habitué à le voir dans un rôle aussi inattendu ! Comme toujours dans les films de Jugnot, on passe du rire aux larmes et c'est encore une fois le cas ici avec cette tragi-comédie qui se fait tour à tour drôle et bouleversante.

La distribution est grandiose: Jugnot, à la fois devant et derrière la caméra, est comme d'habitude parfait dans son rôle de héros malgré lui; Victoria Abril est magnifique; tandis que Valérie Lemercier, Jean-Pierre Cassel, Micheline Presle et Claude Piéplu sont absolument excellents dans leurs rôles respectifs. Les dialogues sont délicieux et les gags sont amusants. De plus, le tout bénéficie d'une musique somptueuse, envoûtante et émouvante en même temps.

Bien sûr, tout n'est pas parfait non plus car il y a parfois quelques petites longueurs, et puis, le scénario est assez complexe par rapport aux autres films de Jugnot.

Mais globalement, même si "Casque Bleu" n'est pas le meilleur film de Gérard Jugnot; il constitue en revanche un excellent divertissement, doublé d'une réfléxion intéressante sur l'absurdité de la guerre. Voici donc un film sympathique et distrayant qui mérite d'être apprécié à sa juste valeur.

Victoria Abril et Gérard Jugnot. Ciby 2000



Partager cet article

Repost0
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 00:12

Amélie Poulain, une jeune serveuse d'un bar de Montmartre, passe son temps à observer les gens et à laisser son imagination divaguer. Elle s'est fixé un but: faire le bien de ceux qui l'entourent. Elle invente alors des stratagèmes pour devenir incognito dans leur existence. Le chemin d'Amélie est jalonné de rencontres: Georgette, la buraliste hypocondriaque; Lucien, le commis d'épicerie; Madeleine Wallace, la concierge portée sur le porto et les chiens empaillés; et Raymond Dufayel, alias "l'homme de verre", son voisin qui ne vit qu'à travers une reproduction d'un tableau du peintre Renoir. Cette quête du bonheur amène Amélie à faire la connaissance de Nino Quincampoix, un étrange "prince charmant". Celui-ci partage son temps entre un train fantôme et un sex-shop, et cherche à identifier un inconnu dont la photo réapparaît sans cesse dans plusieurs cabines de Photomaton...

Flora Guiet. UFD

Aujourd'hui, j'ai enfin pu découvrir le film "phénomène" de l'année 2001: "Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain". Je n'avais entendu que du bien à propos de ce film et ne l'ayant jamais vu, j'avais très envie de le voir: coup de chance, puisque France 3 a eu la bonne idée de le rediffuser aujourd'hui et j'ai donc pu enfin le regarder. Que dire, sinon que j'ai été très surprise par ce charmant conte des temps modernes ? Amélie Poulain est une jeune fille qui veut tout faire pour que les autres gens soient heureux et résultat: elle réussit même à rendre le spectateur heureux ! Après avoir vu ce film, on en garde la saveur pendant quelques minutes encore, et surtout, il y a cette inoubliable musique, à la fois tendre et gaie, qui vous trotte encore dans la tête pendant un long moment.

Audrey Tautou et Serge Merlin. UFD 

Les acteurs sont magnifiques: la lumineuse Audrey Tautou, qui allait remporter la consécration avec ce film, apporte sa fraîcheur et sa gaieté à cette jeune fille qui change la vie des autres. Matthieu Kassovitz campe avec talent un personnage assez mystérieux et les seconds rôles sont eux aussi excellents. Puis, les décors sont superbes et la musique est vraiment sublime. Seuls petits bémols: je n'ai pas toujours tout compris car la mise en scène est assez complexe et m'a déroutée par moment et c'est dommage qu'il y ait parfois quelques petites longueurs.

Mathieu Kassovitz. UFD 

Mais globalement, "Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain" est un très bon film, à la fois drôle, tendre et émouvant; qui nous apporte un peu d'enthousiasme et de réconfort dans ce monde de brutes. Un très bel hymne à la vie que je vous conseille de voir au moins une fois, si ce n'est pas déjà fait.

Audrey Tautou. UFD



Partager cet article

Repost0
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 00:33

Pathé Distribution

Douze ans après "Danse avec les loups", Kevin Costner retrouvait en 2002 l'inspiration pour réaliser un nouveau western et c'est ainsi qu'il signa "Open Range", un western beaucoup plus sombre et totalement différent de "Danse avec les loups". Ici, il n'y a aucune amitié avec les "méchants" de l'histoire: oeil pour oeil, dent pour dent !... Deux cows-boys affrontent un rancher tyrannique qui a tué l'un de leurs acolytes, veut voler leur bétail et tient une petite ville sous son pouvoir... Oublié le côté humaniste de "Danse avec les loups" ! Ici, Costner raconte une histoire de vengeance violente et impitoyable ! Dans son rôle, Costner est absolument impeccable; tandis que son partenaire Robert Duvall est excellent dans la peau d'un "vieux dur à cuire". La rayonnante Annette Bening illumine l'écran et apporte une touche de douceur à cette sombre et cruelle histoire. Ce qui est très intéressant dans ce film, c'est que Costner a réussi à montrer le côté plus humain des deux héros principaux: outre leur haine et leur envie de se venger, ce sont aussi des hommes qui ont chacun un passé douloureux et ils ont un coeur en or qui leur donne cette part d'humanité sincère et authentique qui touche le spectateur droit au coeur. Puis, les paysages sont superbes et la musique est très belle. La grande bagarre finale est assez spectaculaire mais la seule chose que l'on regrette un peu, c'est qu'elle est trop "hollywoodienne". Excepté ce petit détail, l'ensemble se laisse voir sans déplaisir, notamment grâce à la remarquable mise en scène de Kevin Costner qui donne toute sa force et sa puissance à ce magnifique western. Je vous avouerai que je préfère largement "Danse avec les loups" car pour ma part, je le trouve beaucoup plus abouti encore que "Open Range"; mais ceci dit, "Open Range" reste un très bon western, sobre et violent, qui constitue un honnête et savoureux divertissement. Donc, je vous conseille de le découvrir, si ce n'est pas déjà fait.

Robert Duvall, Annette Bening et Kevin Costner. Pathé Distribution

Robert Duvall et Kevin Costner. Pathé Distribution



Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le Cinéma de Kleinhase
  • : Et oui, les petits lapins aiment eux aussi le cinéma... et en dehors des carottes, j'aime sortir de mon terrier pour visionner des films ! Bonne visite et bonne lecture !
  • Contact

Recherche

Liens