Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 15:30

Comme d'habitude, je tiens juste à faire une petite parenthèse pour dire merci aux 600 000 personnes qui ont cliqué 600 000 fois sur mon blog :) Et un grand merci également aux visiteurs, de passage ou les habitués, qui m'ont fait part de leurs 496 commentaires sur les quelques 312 articles (313 avec celui-là !) rédigés depuis juin 2006 ;-)

En espérant pouvoir vous parler de mes aventures cinématographiques le plus longtemps possible ! :D



Repost 0
Published by kleinhase - dans Humeur
commenter cet article
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 00:53

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

TAXI 2

Film français

Genre: Comédie d'action

Durée: 1h30

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Pendant que Daniel continue de donner des sueurs à ses clients au volant de son taxi, le commissaire Gilbert et ses hommes - parmi lesquels on retrouve le maladroit Emilien - s'apprêtent à accueillir le ministre japonais de la défense, venu s'enquérir des nouveautés occidentales en matière de lutte anti-terroriste. Leur mission: convaincre ce dernier de l'efficacité de leur voiture blindée...

******

 MON AVIS:

Devant le succès phénoménal rencontré par << Taxi >> (près de 6,4 millions de spectateurs en 1998 !), cela semblait logique, voir même inévitable, qu'une suite voit le jour. C'est ainsi qu'en 2000, Daniel, le chauffeur chauffard, et Emilien, le flic maladroit et malchanceux; font leur grand retour sous la houlette du réalisateur Gérard Krawczyk dans << Taxi 2 >>. Avec plus de 10,3 millions d'entrées au compteur, ce second opus de la célèbre saga est, à ce jour, celui qui a eu le plus de succès.

Comme le dit si bien le proverbe, on ne change pas une équipe qui gagne, et c'est ainsi qu'on retrouve donc logiquement tous les personnages et les acteurs du premier volet (Samy Nacéri, Frédéric Diefenthal, Bernard Farcy, Marion Cotillard ou encore Emma Sjoberg), qui reprennent leurs rôles respectifs avec énergie et bonne humeur.

Certes, le scénario ne vole pas très haut et a un air de déjà-vu. Mais malgré quelques gags qui sentent un peu le réchauffé, certaines répliques sont croustillantes, et puis, il faut bien reconnaître que les scènes d'action sont plutôt réussies, et les cascades sont assez impressionnantes, bien qu'elles tombent parfois dans un côté trop excessif. Le tout servi par l'entraînante musique d'Al Khemya.

******

 EN CONCLUSION:

Bref, ce << Taxi 2 >> n'est certainement pas un chef-d'oeuvre, mais il constitue néanmoins un bon divertissement, à condition, évidemment, de le prendre au second degré. Deux étoiles parce que même si ce n'est pas vraiment le genre de film que je préfère, j'ai toutefois ri à certains moments.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour toute la famille.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce



Repost 0
Published by kleinhase - dans Autres films
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 23:04

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

LE TATOUE

Film français

Genre: Comédie

Durée: 1h25

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Félicien Mézeray, un marchand d'art antipathique et sans scrupules, découvre un jour qu'un dénommé Legrain, ancien légionnaire, porte sur le dos un authentique tatouage du célèbre peintre Modigliani. Dès lors, obsédé par ce fameux tatouage, Mézeray va chercher par tous les moyens à convaincre le bourru Legrain de le lui céder pour une somme assez considérable. Quant à ce dernier, il mesure rapidement tout le profit qu'il peut tirer de la situation...

******

 MON AVIS:

Adapté d'un roman d'Alphonse Boudard, << Le tatoué >>, réalisé par Denys de la Patellière en 1968, réunissait pour la première fois en tête d'affiche deux monstres sacrés du cinéma français, Louis de Funès et Jean Gabin, qui s'étaient déjà croisés auparavant mais n'avaient encore jamais partagé les rôles principaux. Pour la petite anecdote, il paraît que Gabin ne supportait pas De Funès, et donc, si c'est vrai, j'imagine sans doute que l'ambiance qui régnait pendant le tournage de ce film ne devait pas être joyeuse tous les jours !

Après << Napoléon >> (1954), << La traversée de Paris >> (1956) et << Le gentleman d'Epsom >> (1962), Louis de Funès et Jean Gabin se retrouvaient donc pour la quatrième et dernière fois dans cette comédie sans prétention, qui s'appuie sur les caractères radicalement différents de ces deux immenses acteurs, qui s'affrontent ici dans un face-à-face particulièrement savoureux et explosif ! Le plus amusant dans ce film, c'est de voir De Funès confronté à un personnage encore plus têtu et coléreux que lui. Bref, le tandem De Funès/Gabin fonctionne plutôt bien et fait des étincelles ! Ils sont entourés d'excellents seconds rôles, dont notamment Dominique Davray, qui incarne avec talent et bonne humeur l'épouse hilare de De Funès.

Le scénario n'a rien d'extraordinaire, mais c'est surtout le duo formé par De Funès et Gabin qui vaut le détour. Cependant, la mise en scène n'est pas toujours à la hauteur, et à vrai dire, on pouvait espérer mieux de la rencontre entre ces deux géants. Si le début est trépidant et très drôle, la seconde moitié du film s'essouffle en cours de route et souffre d'un gros manque de rythme, ce qui est assez dommage. Heureusement, les dialogues désopilants et l'amusante musique de Georges Garvarentz parviennent à faire oublier les faiblesses et quelques longueurs, même si l'intrigue s'achève un peu en queue de poisson.

******

 EN CONCLUSION:

Bref, << Le tatoué >> n'a rien d'un chef-d'oeuvre, mais il constitue néanmoins un divertissement agréable et sympathique, à voir surtout pour le jeu de Louis de Funès et Jean Gabin.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour toute la famille.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce



Repost 0
Published by kleinhase - dans Les bons films
commenter cet article
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 20:04

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE

Film français

Genre: Comédie

Durée: 1h30

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Dans une petite ville du Nord de la France, deux familles nombreuses, les Le Quesnoy, bourgeois catholiques et aisés; et les Groseille, gens modestes entassés dans une HLM; n'auraient jamais dû se rencontrer. Mais c'était sans compter sur Josette, l'infirmière et amante du docteur Mavial, qui, amoureuse de ce dernier et lasse d'attendre qu'il quitte sa femme, a, dans un moment de colère, échangé deux nouveaux-nés, Bernadette Groseille et Maurice Le Quesnoy. Douze ans après les faits, lorsque l'épouse du docteur Mavial meurt, Josette comprend enfin que celui-ci ne l'épousera jamais, et pour se venger, elle décide alors de tout lui dire, et révèle également la vérité aux deux familles...

******

 MON AVIS:

Pour son premier long-métrage, Etienne Chatiliez nous prouvait déjà avec << La vie est un long fleuve tranquille >> (1988) qu'il est incontestablement le spécialiste de la comédie caustique et grinçante << à la française >>. Immense succès lors de sa sortie (près de 4 millions d'entrées !), auréolé de quatre Césars, ce film incontournable n'a pas pris une seule ride et se revoit toujours avec la même délectation.

Les acteurs, tous remarquables, s'en donnent à coeur joie pour le plus grand bonheur du spectateur. A commencer par Hélène Vincent, véritablement croustillante dans la peau d'une mère bourgeoise maniaque et un brin coincée. A ses côtés, André Wilms est délicieux en père de famille modèle. Dans les rôles secondaires, on retrouve également Daniel Gélin, impeccable; et Catherine Jacob, hilarante. Et bien sûr, n'oublions pas de saluer la performance de Benoît Magimel, alors âgé de 12 ans, qui faisait là ses premiers pas devant la caméra et dont l'éclatant talent prédestinait déjà une belle carrière d'acteur.

L'histoire est très bien construite et se révèle assez originale et pertinente dans son propos, qui met en scène deux familles radicalement opposées, et dont l'échange de deux nourrissons donne lieu à une intéressante quête sur l'identité. Avec une ironie mordante et un cynisme tout aussi réjouissant, Etienne Chatiliez égratigne la bourgeoisie avec un malin plaisir dans cette irrésistible comédie de moeurs satirique, ponctuée de morceaux et de dialogues cultes, tels que << Lundi, c'est raviolis ! >>, ou encore la fameuse chanson << Jésus, reviens ! >>, interprétée de façon savoureuse par l'excellent Patrick Bouchitey, parfait dans le rôle d'un prêtre assez moderne.

******

 EN CONCLUSION:

Vingt ans après sa sortie, c'est toujours avec une certaine jubilation, et avec beaucoup de joie que l'on revoit << La vie est un long fleuve tranquille >>. Une heure trente de rires, un pur régal à consommer sans modération !

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir un extrait



Repost 0
Published by kleinhase - dans Films cultes !
commenter cet article
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 00:38

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

René Chateau

FORTUNAT

Film français

Genre: Drame

Durée: 1h50

(Noir & blanc)

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

1942. Juliette Valecourt, bourgeoise parisienne, est forcée de quitter la capitale avec ses deux fils, Maurice et Pierre, lorsque son époux, un éminent médecin qui fait partie d'un réseau de résistants, est arrêté par la Gestapo. Elle arrive dans une petite commune de l'Allier, non loin de la ligne de démarcation, qu'elle souhaite franchir pour passer en zone libre. L'institutrice du village, mademoiselle Massillon, se propose de l'aider et demande à l'un de ses anciens élèves, le braconnier Noël Fortunat, de conduire Juliette jusqu'à Toulouse en se faisant passer pour son mari. Une tâche d'autant plus difficile que le manque d'éducation de Fortunat s'accorde mal avec les bonnes manières de Juliette...

******

 MON AVIS:

L'un des films les moins connus de Bourvil, ce qui est vraiment fort dommage, car c'est sans aucun doute l'un de ses plus beaux, et aussi l'un de ses plus bouleversants. Réalisé par Alex Joffé en 1960, << Fortunat >> est un film superbe, qui est pourtant injustement tombé dans l'oubli aujourd'hui, et c'est pourquoi j'espère vous le faire (re)découvrir à travers cet article, car il vaut vraiment le coup d'oeil.

Bourvil, absolument admirable, nous fait passer du rire aux larmes et trouve ici un rôle en or, qui fait incontestablement partie de ses meilleurs. Il forme avec la belle et délicate Michèle Morgan un couple très attachant et émouvant. Dans les seconds rôles, également très bien développés, on retrouve notamment la grande Rosy Varte, ainsi que Frédéric Mitterrand (!), alors âgé de 13 ans, et qui interprète avec talent l'un des fils de Michèle Morgan.

L'histoire, déchirante, est littéralement prenante. Avec un certain brio, le réalisateur a réussi à éviter le piège du côté larmoyant, pour nous offrir un film profond, sincère et généreux, qui aborde un sujet complexe et douloureux avec une très grande sobriété et beaucoup de subtilité. Ajoutons à cela des dialogues puissants et justes, ainsi qu'une sublime musique signée Denis Kieffer, et vous obtenez ce bijou, véritable perle d'humour, de tendresse et d'émotion.

******

 EN CONCLUSION:

Merveilleusement servi par Bourvil et Michèle Morgan, et bénéficiant d'une mise en scène remarquable; << Fortunat >> est une belle et poignante histoire d'amour romanesque, traitée avec intelligence et retenue par Alex Joffé. Tout simplement magnifique.

Michèle Morgan et Bourvil. René Chateau

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir un extrait



Repost 0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 20:05

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

René Chateau

GARDE A VUE

Film français

Genre: Policier

Durée: 1h22

(Tous publics)

Lino Ventura et Michel Serrault. Collection Christophe L.

******

 L'HISTOIRE:

Cherbourg, un soir du 31 décembre. Les corps de deux fillettes de 8 ans, violées et assassinées à 8 jours d'intervalle, viennent d'être retrouvés sur une plage de la région. L'inspecteur Antoine Gallien, secondé par son adjoint, le jeune et impulsif Belmont, est chargé de l'enquête; et pour cela, il convoque un certain Jérôme Martinaud, la cinquantaine, notaire de son état, qui connaissait bien l'une des victimes et a découvert les corps. Homme respecté et autoritaire, à la personnalité complexe et coléreuse, Martinaud mène une vie ambigüe et entretient depuis plusieurs années des rapports très distants avec Chantal, son épouse. Pour Gallien et Belmont, Martinaud a tout le profil d'un coupable idéal...

Romy Schneider. René Chateau

******

 MON AVIS:

Certains films ne vieillissent pas, malgré le temps qui passe et le poids, ô combien lourd, des années. Réalisé par Claude Miller en 1981, << Garde à vue >> fait justement partie de ces films qui n'ont pas pris une seule ride. Tout simplement parce que, plus de 20 ans après sa sortie, la puissance qui se dégage de cette oeuvre est toujours aussi forte et reste intemporelle. Personnellement, à chaque fois que je revois ce film, j'en ressors toujours aussi captivée et impressionnée, parce que Claude Miller a su donner lui donner une âme et une force exceptionnelles, ce qu'un autre cinéaste n'aurait peut-être pas aussi bien réussi.

<< Garde à vue >> réunit pour la première (et dernière, hélas !) fois deux monstres sacrés du cinéma français, Lino Ventura et Michel Serrault (récompensé par un César pour sa prestation), qui s'affrontent dans un remarquable face-à-face d'une extrême intensité. Dans son avant-dernier rôle, Romy Schneider, si belle et si énigmatique à la fois, apporte à cette oeuvre une dimension encore plus troublante et oppressante; tandis que Guy Marchand, alors tout jeune, parvient néanmoins à se trouver une place aux côtés de ces trois géants, et nous livre lui aussi une interprétation mémorable, qui fut très justement couronnée par un César du meilleur second rôle masculin.

L'intrigue, très bien écrite et mise en scène, est littéralement prenante. De la première à la dernière seconde, on est tenu en haleine par cette sordide histoire de meurtres, jusqu'à ce que l'incroyable et inattendu coup de théâtre final éclate, nous laissant bouleversé et complétement abasourdi. Mais bien plus qu'un simple film policier, << Garde à vue >> est aussi une oeuvre d'une très grande richesse, à la profondeur psychologique immense, d'où son originalité. Les personnalités des principaux protagonistes sont développées et dépeintes avec une rare justesse. Le tout servi par les vibrants dialogues de Michel Audiard, toujours aussi inspirés, et sublimé par la douce musique de Georges Delerue.

Michel Serrault et Elsa. Collection Christophe L.

******

 EN CONCLUSION:

Soutenu par une interprétation impeccable et une mise en scène virtuose, << Garde à vue >> est un passionnant et poignant huit-clos, doublé d'une réfléxion très intéressante sur la justice. Inoubliable et incontournable.

Michel Serrault et Guy Marchand. Collection Christophe L.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir un extrait



Repost 0
Published by kleinhase - dans Chefs-d'oeuvre
commenter cet article
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 21:16

Charlton Heston. Metro Goldwyn Mayer (MGM)

Pour le 7ème Art, ce début d'année 2008 aura été particulièrement douloureux. Effectivement, Hollywood pleure l'une de ses légendes: Charlton Heston, l'inoubliable héros des << Dix Commandements >> et de << Ben-Hur >>, est mort samedi. Petit hommage à cet immense acteur.

Nous sommes tellement habitués à voir et à revoir les acteurs à la télévision lorsqu'un de leurs films est rediffusé, que bien souvent, on en oublie que les acteurs sont de simples hommes, comme nous, et sont eux aussi appelés à mourir un jour. Parce que, d'une certaine manière, le cinéma permet de << ressusciter >> les acteurs et actrices disparus, et c'est pour cela qu'on a l'impression qu'ils sont toujours vivants. C'est peut-être pour cette raison que je suis toujours assez étonnée et triste lorsque j'apprends la mort d'un acteur que j'appréciais.

Ce début d'année 2008 rime avec hécatombe pour le 7ème Art. Quelques jours seulement après la disparition du cinéaste Jules Dassin (le père du célèbre chanteur), une autre étoile d'Hollywood a définitivement cessé de briller: Charlton Heston s'est éteint samedi à son domicile de Beverly Hills, laissant derrière lui près de 100 films, parmi lesquels figurent de nombreux classiques. Père de deux enfants (dont l'un, Fraser, est devenu réalisateur) et marié à l'actrice Lydia Clarke depuis 1944, l'acteur était atteint de la maladie d'Alzheimer depuis 6 ans.

Né le 4 octobre 1923 à Evanston, dans l'Illinois, Charlton Heston, de son vrai nom John Charles Carter; se passionne très tôt pour le théâtre et le cinéma (il monte pour la première fois sur les planches à l'âge de 5 ans, en incarnant le Père Noël dans une pièce organisée par son école). Après avoir étudié l'art de la comédie à l'université de Northwestern, il tente sa chance et fait ses premiers pas dans le cinéma au début des années 1940. Si les débuts sont plutôt difficiles, Heston se fait cependant très vite remarquer grâce à son 1m93, sa carrure athlétique et son regard bleu acier. En 1952, le réalisateur Cecil B. DeMille lui offre son premier grand rôle, celui d'un directeur de cirque dans << Sous le plus grand chapiteau du monde >>, aux côtés de James Stewart. Immense succès au box-office, ce film lance la carrière d'Heston.

En 1956, son interprétation du prophète Moïse dans << Les Dix Commandements >>, à nouveau sous la direction de Cecil B. DeMille, lui ouvre les portes de la gloire (d'ailleurs, j'aimerais souligner deux détails amusants concernant ce chef-d'oeuvre: lorsque le panier flotte sur le Nil, avec Moïse bébé qui se trouve à l'intérieur, c'est le propre fils de Charlton Heston, Fraser, alors âgé de 3 mois, qui << joue >> Moïse bébé. Et dans la version originale, c'est Charlton Heston lui-même qui fait la voix de Dieu). En 1957, il est à l'affiche de << La soif du mal >>, aux côtés et sous la direction d'Orson Welles; puis en 1958, il donne la réplique à Gregory Peck dans le western << Les grands espaces >>.

Mais la véritable consécration arrive en 1959 grâce au << Ben-Hur >> de William Wyler, qui s'impose très vite comme une référence en matière de péplum et reçoit le nombre record de 11 Oscars, dont celui du meilleur acteur pour Heston. Dès lors, le comédien devient le héros idéal des fresques épiques à grand spectacle, à caractère historique. Ainsi, en 1961, il est << Le Cid >> pour le cinéaste Anthony Mann, aux côtés de la belle Sophia Loren; puis il prête ses traits à Saint Jean-Baptiste dans << La plus grande histoire jamais contée >> de George Stevens (1965); et affronte Laurence Olivier dans << Khartoum >> (1966).

Après cette période de films ancrés dans le passé, Charlton Heston s'oriente vers un tout autre registre à partir de la fin des années 1960, en devenant le héros de plusieurs films de science-fiction et d'anticipation, tels que << La planète des singes >> (1967) ou << Soleil vert >> (1973). Moins sollicité dans les années 1980 et 1990, Charlton Heston révèle en 2002 qu'il souffre de la maladie d'Alzheimer, et met ainsi un terme définitif à sa carrière.

<< J'ai une tête qui appartient à un autre siècle >>, se plaisait-il à dire. Et c'est vrai: Charlton Heston appartenait à une autre époque, une époque aujourd'hui révolue et qui meurt petit à petit, durant laquelle Hollywood savait faire d'impressionnants films dans lesquels les effets spéciaux étaient au service d'une grande histoire, alors qu'à l'heure actuelle, les effets spéciaux sont soit utilisés pour le plaisir ou servent, hélas, à masquer les incohérences d'un scénario trop faible; même si il existe néanmoins quelques exceptions. A force de mettre en valeur les effets spéciaux, on en oublie ce qu'est le vrai cinéma, sincère et généreux, qui sait nous faire rêver tout en nous faisant réfléchir.

Désormais, je ne regarderai plus jamais << Les Dix Commandements >> ou << Ben-Hur >> de la même façon. Bien sûr, je les reverrai toujours avec des yeux plein d'étoiles, mais aussi avec beaucoup d'émotion. Charlton Heston fait partie de ces acteurs qui ont bercé mon enfance et m'ont fait rêver, et pour cette raison, j'aimerais simplement lui dire merci.

Heureusement que les films sont immortels et sont là pour témoigner de cet âge d'or, tout en faisant revivre tous ces acteurs et actrices trop tôt décédés, et qui, par leur talent et leur charisme, ont su donner au 7ème Art ses lettres de noblesse. Et en tout cas, une chose est sûre: même si Ben-Hur s'en est allé pour rejoindre la Terre Promise, son char, lui, n'est pas prêt d'avoir terminé sa course...

Adieu l'artiste !

Anne Baxter et Charlton Heston. Collection Christophe L. Warner Bros. Charlton Heston. Metro Goldwyn Mayer (MGM)

Pour compléter cet hommage, voici la critique que j'avais rédigée il y a quelques temps sur << Ben-Hur >>, le meilleur film de Charlton Heston, selon moi. Pour les plus curieux, voici également ma critique des << Dix Commandements >>, ainsi que celle du << Cid >>.

Et enfin, pour conclure, je vous propose de (re)découvrir un magnifique EXTRAIT tiré de << Ben-Hur >>, dans lequel Charlton Heston - alias Judas Ben-Hur - conduit aux galères, croise sur sa route un homme mystérieux qui lui donne de l'eau et lui sauve ainsi la vie...

   



Repost 0
Published by kleinhase - dans Hommages
commenter cet article
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 01:17

Gene Kelly est, au même titre que Fred Astaire, une icône de la comédie musicale. Sa bonne humeur pétillante et communicative, son humour mordant et irrésistible, et son extraordinaire rapidité pour danser sur les rythmes les plus endiablés ont fait les beaux jours de l'âge d'or des comédies musicales. Retour sur la vie et sur la carrière de cet artiste de légende, au talent inégalable.

Il l'a dit: << Je n'ai rien fait pour mériter ma carrière, je l'ai prise comme elle venait: elle s'est avérée riche. Comment pourrais-je être plus heureux ? >>

BIOGRAPHIE:

Gene Kelly, de son vrai nom Eugene Curran Kelly, est né le 23 août 1912 à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Troisième d'une famille de cinq enfants, il a trois frères et une soeur. Tous furent introduits par leur mère au monde de la danse. Bien que monté sur scène dès l'âge de 8 ans pour des spectacles amateurs, Gene préférait le sport et souhaitait faire partie de l'équipe de base-ball des Pittsburgh Pirates. Il pratiquait par ailleurs le hockey sur glace, le football américain, la gymnastique et la natation; autant de sports qui l'aidèrent à atteindre le niveau de danse qui le rendit célèbre.

En 1932, la famille Kelly au complet entreprit de monter un atelier de danse, << The Gene Kelly studio of the dance >>, que Gene quitta en 1938 lorsqu'il fit ses débuts à Broadway. Grâce à sa prestance et à son talent, Gene se fait très vite remarquer, et le cinéma ne tarde pas à lui faire les yeux doux. En 1942, le jeune homme tourne son premier film, << Pour moi et ma mie >>, dans lequel il donne la réplique à Judy Garland.

Le succès retentissant rencontré par ce film et les critiques positives valurent à Gene Kelly une certaine notoriété, mais les producteurs n'ayant aucun projet qui mettrait en valeur ses talents de danseur, Gene tourna plusieurs films mineurs, mais dans lesquels il partagea la vedette aux côtés des plus grands ( avec Rita Hayworth dans << La reine de Broadway >>, 1944; avec Fred Astaire dans << Ziegfeld Follies >>, 1946; avec Lana Turner dans << Les trois mousquetaires >>, 1948; ou encore avec Frank Sinatra dans << Un jour à New York >>, 1949). En 1945, Gene Kelly se fait définitivement une place à Hollywood grâce au film << Escale à Hollywood >>, pour lequel il est nominé aux Oscars dans la catégorie meilleur acteur.

En 1951, Gene Kelly obtient un Oscar d'honneur pour sa carrière d'acteur, de réalisateur, et de danseur; ainsi que pour sa contribution exceptionnelle à l'art de la chorégraphie cinématographique. La véritable reconnaissance arrive enfin grâce à << Un Américain à Paris >> (1951), et surtout grâce à << Chantons sous la pluie >> (1952), qui propulse l'acteur sur le devant de la scène et lui apporte la consécration internationale. Aujourd'hui encore, l'inoubliable danse de claquettes exécutée par Gene Kelly sur la chanson << I'm singing in the rain >> figure parmi les grands moments d'anthologie dans l'histoire du 7ème Art; et apparaît, pour beaucoup de gens, comme un hymne au bonheur et à la joie de vivre.

Le comédien enchaîne les tournages avec une énergie débordante. En 1954, il est à l'affiche de << Brigadoon >>, aux côtés de Cyd Charisse et Van Johnson. Ce film fut un véritable échec au box-office, malgré une histoire originale et une mise en scène fabuleuse. En 1955, << Beau fixe sur New York >> marque la troisième et dernière collaboration entre Gene Kelly et le réalisateur Stanley Donen. Amis depuis plus de 20 ans, les deux hommes se fâcheront définitivement à la fin du tournage de ce film; et dès lors, la carrière de Kelly patine.

En 1967, on le verra encore dans << Les demoiselles de Rochefort >>, son dernier grand succès, avec Catherine Deneuve et Françoise Dorléac. Après ce film, Gene Kelly fera encore quelques apparitions dans des documentaires sur les comédies musicales, mais l'artiste finira sa vie loin des projecteurs et des studios de cinéma.

Il consacre les dernières années de sa vie à l'écriture de son autobiographie, qui restera inachevée. Le 2 février 1996 à Los Angeles, Gene Kelly s'éteint discrètement à l'âge de 83 ans, des suites d'une série d'infarctus.

QUELQUES IMAGES...

Fred Astaire et Gene Kelly dans << Ziegfeld Follies >> (1946)

Lana Turner et Gene Kelly dans << Les trois mousquetaires >> (1948)

Gene Kelly (au centre) dans << Un Américain à Paris >> (1951)

Donald O'Connor, Debbie Reynolds et Gene Kelly dans << Chantons sous la pluie >> (1952)

Gene Kelly et Van Johnson (au centre) dans << Brigadoon >> (1954)

Cyd Charisse et Gene Kelly (au centre) dans << Beau fixe sur New York >> (1955)

Françoise Dorléac et Gene Kelly dans << Les demoiselles de Rochefort >> (1967)

******

Si ma mémoire est bonne (!), je crois que c'est Gene Kelly qui m'a un jour donné l'amour des comédies musicales, en même temps que la passion et la fascination pour la danse des claquettes, qui, selon moi, est le plus beau genre de danse qui puisse exister au monde. J'ai vu quatre de ses films: << Les trois mousquetaires >>, << Un Américain à Paris >>, << Chantons sous la pluie >> et << Brigadoon >>. Parmi ces quatre bijoux du 7ème Art, j'ai une affection très particulière et très profonde pour << Chantons sous la pluie >>, car, si je me souviens bien, c'est le premier film de Gene Kelly que j'ai découvert, et je suis immédiatement tombée sous le charme de ce chef-d'oeuvre d'humour et de poésie, et << Chantons sous la pluie >> s'impose incontestablement comme ma comédie musicale préférée. Par sa joie de vivre aussi constante qu'impressionnante, et par son increvable dynamisme, Gene Kelly fait partie de ces rares acteurs qui parviennent à vous rendre le sourire les jours de mélancolie.

Corbis Sygma

Site français entièrement consacré à G. Kelly (Non officiel, mais très bien documenté)

Vidéo souvenir

   



Repost 0
Published by kleinhase - dans Portraits
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 16:59

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

Gaumont Buena Vista International (GBVI)

LE MONDE DE NEMO

Film américain

Titre original: << Finding Nemo >>

Genre: Animation

Durée: 1h36

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Marin est un poisson-clown très papa poule, qui mène une existence paisible avec son fils unique Nemo, le long de la grande barrière australienne de corail. Quand Nemo est capturé par un plongeur, son père s'engage dans un immense périple à travers tout l'océan. Avec l'aide de la jolie Dory, un poisson-chirurgien très serviable mais un rien amnésique, Marin va remuer ciel et mer pour retrouver la trace de son fils, croisant sur sa route des personnages aussi drôles que loufoques: requins membres du club des Mangeurs de Poissons Anonymes, tortues surfeuses ou encore dentiste amateur d'aquariums ! La route sera longue jusqu'au petit Nemo...

******

 MON AVIS:

Je suis actuellement en pleine cure de rattrapage, un rattrapage concernant les films d'animation des studios Pixar, car je n'en avais vu aucun (sauf << Ratatouille >> que j'ai dégusté l'an dernier avec une certaine jubilation lors de sa sortie en salles, et qui m'a donné envie de voir les précédents Pixar). Ainsi, après avoir découvert avec bonheur << Toy story >> il y a quelques semaines, c'est avec des yeux encore plus pétillants d'étoiles que je me suis jetée à l'eau (c'est le cas de le dire !) pour découvrir << Le monde de Nemo >>, réalisé par Andrew Stanton et Lee Unkrich. Grand succès de l'année 2003 (plus de 9 millions de spectateurs !), ce petit bijou d'animation est un véritable régal pour les yeux. Pendant 1h30, << Le monde de Nemo >> nous offre une formidable plongée en apnée dans un grand bleu qui n'a encore jamais été aussi beau sur grand écran.

L'histoire, bien que très simpliste, nous emmène dans une magnifique aventure à travers un océan de rêve, aux couleurs féeriques et envoûtantes. L'animation, entièrement en images de synthèse, est très aboutie et fait preuve d'un réalisme troublant et captivant. Les studios Pixar ont su exploiter toutes les merveilles qui existent dans l'univers aquatique afin de nous donner le meilleur. Le tout servi par un doublage français savoureux (on reconnaîtra notamment les voix de Franck Dubosc, Samy Nacéri, Med Hondo et Richard Darbois) et bercé par la superbe musique de Thomas Newman.

Seul bémol: les visages humains, qui, je trouve, manquent de finesse et de douceur, et sont assez agressifs. Néanmoins, le charme opère et la magie est au rendez-vous, et malgré ce seul reproche (qui, selon moi, est l'unique point faible de l'animation en images 3D), on passe un très bon moment et on ressort de ce film conquis et bluffé.

******

 EN CONCLUSION:

<< Le monde de Nemo >> est un époustouflant film d'animation, qui, en plus d'être très drôle, se révèle également très poétique et très touchant; et nous délivre, sans lourdeur, un beau message sur le courage et la paternité, tout en nous montrant aussi que les poissons sont plus heureux dans leur milieu naturel, à savoir l'océan. Une bien jolie réussite.

 AVIS PERSONNEL: Pour toute la famille.

Site officiel

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce



Repost 0
Published by kleinhase - dans Films d'animation
commenter cet article
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 02:12

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

MAGNUM FORCE

Film américain

Genre: Policier

Durée: 2h04

(Interdit aux moins de 12 ans)

******

 L'HISTOIRE:

La ville de San Francisco est secouée par une série de crimes étranges. Les victimes avaient toutes quelque chose à se reprocher: soit c'était des proxénètes, des trafiquants de drogue ou bien des criminels. L'indiscipliné inspecteur Harry Callahan, peu apprécié en raison de ses méthodes plutôt brutales, est chargé de mener l'enquête aux côtés de l'antipathique lieutenant Briggs, qui le déteste. Harry comprendra bientôt pourquoi ce dernier le hait tant...

******

 MON AVIS:

Deux ans après << L'inspecteur Harry >> (1971), le célèbre flic aux méthodes radicales faisait son grand retour en 1973 dans << Magnum force >>, mis en scène par Ted Post. Dans ce deuxième volet de la mythique saga, le réalisateur dénonce les dangers d'une justice expéditive et la corruption qui existe parfois dans le monde policier, en faisant habilement référence aux fameux escadrons de la mort brésiliens.

Clint Eastwood, parfait (comme d'habitude !), endossait pour la seconde fois consécutive le rôle de l'indiscipliné inspecteur Callahan, mais cette fois-ci, il lui injectait un peu d'humanité en le rendant moins brutal et un peu plus sympathique envers les femmes, qui ne sont pas insensibles à son charme (!). Il donne la réplique au talentueux Hal Holbrook, qui incarne avec conviction le personnage du lieutenant Briggs; ainsi qu'au beau blond David Soul, alias Hutch dans l'inoubliable série télé << Starsky et Hutch >>.

Le scénario, bien construit et développé, nous invite à réfléchir sur une réfléxion intéressante et très pertinente: les policiers ont-ils le droit de tuer quelqu'un, sous prétexte que c'est un proxénète, un trafiquant de drogue ou un criminel ?... En faisant cela, les policiers ne deviennent-ils pas eux-mêmes des criminels ?... L'ensemble bénéficie en outre d'une jolie mise en scène et d'une superbe musique signée Lalo Schifrin.

******

 EN CONCLUSION:

<< Magnum force >> est un excellent film policier, qui, malgré quelques longueurs, tient solidement la route et se suit sans déplaisir. Un bon divertissement.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce (Cette B.A. est en V.O. non sous-titrée)



Repost 0
Published by kleinhase - dans Les bons films
commenter cet article

Présentation

  • : Le Cinéma de Kleinhase
  • Le Cinéma de Kleinhase
  • : Et oui, les petits lapins aiment eux aussi le cinéma... et en dehors des carottes, j'aime sortir de mon terrier pour visionner des films ! Bonne visite et bonne lecture !
  • Contact

Recherche

Liens