Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 17:37

La question 3 de ce grand sondage spécial James Bond était, je vous le rappelle: parmi ces 3 affiches de << Quantum of Solace >>, laquelle préférez-vous ? (pour voir les affiches en taille réelle, cliquez sur la lettre se trouvant à côté. Par exemple, pour la première affiche, cliquez sur la lettre A):

 A

 B

 C

Et vous avez préféré...

L'affiche A !

Avec 4 points, cette affiche (dévoilée il y a quelques mois déjà) arrive largement en tête du classement. Discrète et sobre, elle parvient avec force et talent à nous mettre l'eau à la bouche tout en préservant soigneusement le mystère et le suspense.

 Juste derrière, on trouve l'affiche C, qui avec 3 points, s'en tire avec les honneurs. Prometteuse et alléchante, cette troisième affiche se révèle redoutablement efficace.

 En revanche, aucun point pour l'affiche B. Et pourtant, si l'on en croit Allociné, il semblerait que cette image soit bel et bien l'affiche définitive de << Quantum of Solace >> !



Repost 0
Published by kleinhase - dans Spécial James Bond
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 11:25

La question 2 de ce grand sondage spécial James Bond était, je vous le rappelle: parmi ces six acteurs ayant interprété le rôle de James Bond, lequel préférez-vous ?:

 Sean Connery tenait le rôle de James Bond dans << James Bond 007 contre Dr. No >> (1962), << Bons baisers de Russie >> (1963), << Goldfinger >> (1964), << Opération tonnerre >> (1965), << On ne vit que deux fois >> (1967) et << Les diamants sont éternels >> (1971)

 George Lazenby tenait le rôle de James Bond dans << Au service secret de sa Majesté >> (1969)

 Roger Moore tenait le rôle de James Bond dans << Vivre et laisser mourir >> (1973), << L'homme au pistolet d'or >> (1974), << L'espion qui m'aimait >> (1977), << Moonraker >> (1979), << Rien que pour vos yeux >> (1981), << Octopussy >> (1983) et << Dangereusement vôtre >> (1985)

 Timothy Dalton tenait le rôle de James Bond dans << Tuer n'est pas jouer >> (1987) et << Permis de tuer >> (1989)

 Pierce Brosnan tenait le rôle de James Bond dans << GoldenEye >> (1995), << Demain ne meurt jamais >> (1997), << Le monde ne suffit pas >> (1999) et << Meurs un autre jour >> (2002)

 Daniel Craig tient le rôle de James Bond dans << Casino royale >> (2006) et << Quantum of Solace >> (2008)

Et vous avez préféré...

Sean Connery !

A l'unanimité, Sean Connery remporte aisément le titre de votre << James Bond préféré >> avec 6 points. Premier acteur à avoir prêté ses traits au célèbre agent secret, Sean Connery s'impose donc comme le << James Bond original >>, le meilleur, le vrai. Lorsque le tournage de << James Bond 007 contre Dr. No >> démarra, les producteurs n'avaient pas les moyens de se payer une vedette, et c'est pour ça que Sean Connery fut choisi et deviendra rapidement une star internationale grâce à ce rôle de légende. Rappelons que le comédien écossais a endossé une dernière fois le smoking de l'espion en 1983, pour les besoins de << Jamais plus jamais >>, épisode considéré comme hors-série.

 Avec 2 points, Roger Moore arrive à la seconde place du podium. Très vite, il a réussi à imposer sa propre image de James Bond en apportant l'humour particulier qui devint ensuite si caractéristique de l'agent secret. A ce jour, Roger Moore est l'acteur à avoir tourné le plus de James Bond: il l'a en effet incarné à 7 reprises, contre 6 pour Sean Connery (en excluant, évidemment, << Jamais plus jamais >>, puisqu'il est classé hors-saga), 1 pour George Lazenby, 2 pour Timothy Dalton, 4 pour Pierce Brosnan et 2 pour Daniel Craig.

 Un point pour Daniel Craig. Lorsqu'il a été sélectionné pour devenir le nouveau visage de James Bond, cette décision a surpris un bon nombre de personnes, car Daniel Craig est effectivement le premier acteur blond à interpréter le mythique héros.

 Aucun point pour George Lazenby. D'origine australienne, George Lazenby n'a pas réussi à convaincre le public, qui avait alors du mal à digérer le départ de Sean Connery. En conflit avec les producteurs, George Lazenby rompt son contrat dès que le tournage est terminé, alors qu'il devait initialement jouer dans deux films.

 Aucun point pour Timothy Dalton. Froid et professionnel, son James Bond a reçu un accueil assez mitigé auprès des spectateurs. Pour l'anecdote, il faut savoir que Timothy Dalton fut pressenti pour incarner l'agent secret dans << Au service secret de sa Majesté >>, mais il déclina la proposition car il s'estimait trop jeune pour pouvoir donner assez de poids au personnage, et c'est donc George Lazenby qui fut finalement engagé.

 Aucun point pour Pierce Brosnan. Grâce au succès planétaire de << GoldenEye >>, qui a redonné un nouveau souffle à la saga (qui en avait alors bien besoin), Pierce Brosnan a vu sa carrière relancée et est redevenu un acteur de premier plan après avoir connu plusieurs vaches maigres.



Repost 0
Published by kleinhase - dans Spécial James Bond
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 16:45

La question 1 de ce grand sondage spécial James Bond était, je vous le rappelle: parmi ces six opus de la saga, lequel préférez-vous ?:

 James Bond 007 contre Dr. No de Terence Young (1962)

 Au service secret de sa Majesté de Peter Hunt (1969)

 Moonraker de Lewis Gilbert (1979)

 Tuer n'est pas jouer de John Glen (1987)

 Le monde ne suffit pas de Michael Apted (1999)

 Casino royale de Martin Campbell (2006)

Et vous avez préféré...

James Bond 007 contre Dr. No !

Première aventure de l'agent secret sur le grand écran, << James Bond 007 contre Dr. No >>, mis en scène par Terence Young (l'un des pionniers de la saga), a séduit 4 nostalgiques. Dans ce volet, James Bond (interprété par le grand Sean Connery) donne la réplique à la belle et sensuelle Ursula Andress: un couple de choc et de charme qui, visiblement, ne vous a pas laissé indifférent. Comme quoi, c'est toujours dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes !

 Après quatre longues années d'absence, James Bond faisait en 2006 un retour littéralement explosif sur le grand écran avec << Casino royale >>. Salué par une grande majorité des critiques, cet opus a relancé la saga avec succès et talent, et a su convaincre 2 d'entre vous.

 En 1979, les films de science-fiction ou d'anticipation étant alors très en vogue, James Bond - mode oblige - visite l'espace dans ce << Moonraker >>, qui n'a su convaincre qu'une seule personne. Dans ce film, l'espion affronte l'un des plus célèbres méchants de la saga: Requin, interprété par le géant Richard Kiel.

 Un point également pour << Le monde ne suffit pas >>, sorti en 1999. Dans ce 19e opus, l'agent 007 fait face à la charmante et redoutable Sophie Marceau.

 Aucun point pour << Au service secret de sa Majesté >>. Sans aucun doute l'épisode le moins connu de toute la série, cet opus fut très mal accueilli par le public, qui ne digérait pas le départ de Sean Connery. Mais cet échec peut aussi s'expliquer par le fait que << Au service secret de sa Majesté >> soit le seul James Bond à se terminer mal.

 Aucun point non plus pour << Tuer n'est pas jouer >>. Succès mitigé auprès des spectateurs, << Tuer n'est pas jouer >> s'est pourtant imposé, au fil des années, comme un film culte.



Repost 0
Published by kleinhase - dans Spécial James Bond
commenter cet article
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 16:42

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

SUEURS FROIDES

Film américain

Titre original: << Vertigo >>

Genre: Thriller

Durée: 2h02

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Sujet au vertige, Scottie Ferguson est contraint de quitter la police le jour où il est rendu responsable de la mort d'un de ses collègues. Au chômage, il en profite pour tenter d'apprivoiser sa phobie avec l'aide de Marjorie Wood, une amie. Scottie se voit bientôt contacté par Gavin Elster, un ami qu'il a perdu de vue depuis plusieurs années et qui lui demande de surveiller Madeleine, sa ravissante épouse. En effet, d'après Gavin, l'esprit de Madeleine serait possédé par une aïeule. D'abord réticent, Scottie finit par accepter et commence à observer la jeune femme de très près. Au fil des jours, il constate que Madeleine a effectivement un comportement très bizarre...

******

 MON AVIS:

Le vertige: voici un thème idéal pour un film de suspense, on ne peut rêver sujet plus angoissant. << Sueurs froides >>, réalisé par le maître Alfred Hitchcock en 1958, en est un exemple par excellence. Si le cinéaste américain nous avait déjà bluffé auparavant en démontrant toute l'étendue de son immense talent à travers des films tels que << Soupçons >> (1941) ou << Le crime était presque parfait >> (1954), il va encore plus loin avec << Sueurs froides >>; et nul doute que son oeuvre atteint ici son paroxysme. On savait que Hitch était très doué pour manipuler son spectateur en l'embarquant dans des histoires toujours plus rocambolesques les unes que les autres, mais là, c'est carrément de l'hypnose: Hitch nous hypnotise dès le générique d'ouverture (qui représente de manière fabuleuse la spirale infernale dans laquelle le héros se trouve prisonnier) et au final, il nous cloue bonnement et purement sur notre siège: waouh ! C'est effectivement le seul mot que le spectateur est capable de prononcer après avoir vu << Sueurs froides >>, zénith de la perfection cinématographique et << Hitchcockienne >>.

James Stewart (photo ci-contre) - dont c'est ici la quatrième et dernière collaboration avec Hitchcock après << La corde >> (1948), << Fenêtre sur cour >> (1954) et << L'homme qui en savait trop >> (1956) - trouve là l'un de ses rôles les plus aboutis, peut-être même le meilleur de toute sa carrière. Véritable réincarnation de Grace Kelly, la lumineuse et étrange Kim Novak (photo ci-dessous) nous envoûte par sa beauté froide et ambiguë, par son regard magnétique; et elle dégage à l'écran quelque chose de profondément troublant et fascinant.

Touffu et construit avec une éclatante virtuosité, le scénario - génialement machiavélique - est incroyablement bien ficelé et se révèle vraiment prenant et accrocheur. Rarement un long-métrage aura fait preuve d'autant d'inventivité, de richesse, de génie artistique. Par une subtile et magnifique mise en scène, Sir Alfred alterne habilement apparences et réalité, fantasmes et vérité; et il prend encore une fois un plaisir malin et sadique à mettre littéralement les nerfs du spectateur en pelote, grâce à un suspense haletant et redoutablement efficace. A tout cela s'ajoute l'oppressante et lancinante musique composée par Bernard Herrmann, musique merveilleuse qui nous obsède dès les premières notes en créant une tension magistrale et palpable.

******

 EN CONCLUSION:

Je n'ai pas encore vu tous les Hitchcock, mais je crois tout de même pouvoir affirmer sans me tromper que << Sueurs froides >> s'impose à ce jour comme mon préféré. Bref, un classique incontournable et tout simplement vertigineux (!). A ce degré, le divertissement devient un art absolu.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.



Repost 0
Published by kleinhase - dans Chefs-d'oeuvre
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 17:08

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

LA NUIT DU CHASSEUR

Film américain

Titre original: << The night of the hunter >>

Genre: Thriller

Durée: 1h28

(Noir & blanc)

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Harry Powell, pasteur élégant et séduisant - dont les mains sont sinistrement tatouées des mots << Hate >> (ce qui signifie << Haine >>) et << Love >> (ce qui signifie << Amour >>) - erre dans la campagne américaine, semant sur sa route la bonne parole... et la mort. Effectivement, pour lui, le travail du Seigneur n'est pas de sauver les âmes, mais de les condamner. A présent, Powell est prêt à tout pour récupérer un magot de 10 000 dollars, caché quelque part dans une ferme. Sur son chemin, il croisera deux enfants, John et sa petite soeur Pearl; les deux seules personnes à savoir où se trouve l'argent...

******

 MON AVIS:

Voici un long-métrage qui n'a pas volé sa réputation de monument culte et inclassable du cinéma hollywoodien. << La nuit du chasseur >> (1955), unique film réalisé par l'acteur britannique Charles Laughton (photo ci-contre), occupe effectivement une place très particulière dans l'histoire du 7ème Art. Entre conte cauchemardesque pour adultes et polar fantastique-religieux, << La nuit du chasseur >> est une oeuvre inclassable, qui n'appartient pas vraiment à un genre cinématographique bien précis, mais à plusieurs genres (conte, suspense et fantastique; entre autres). A coup sûr, c'est un film que le maître Hitchcock n'aurait pas renié ! Pour l'anecdote, il faut savoir que lors de sa sortie en salles, << La nuit du chasseur >> fut un cuisant échec critique et public, et c'est pour cette raison que Charles Laughton renonça à poursuivre sa carrière de réalisateur (ce qui est d'ailleurs bien dommage). C'est au fil des années que << La nuit du chasseur >> s'est peu à peu imposé comme un film de légende.

Robert Mitchum (photo ci-contre) - hallucinant et terrifiant - est véritablement habité par son personnage de pasteur psychopathe et diabolique, et nul doute qu'il endosse ici l'un de ses rôles les plus prenants et les plus marquants. A ses côtés, Shelley Winters (dont le rôle est très bref mais très beau) est magistrale en jeune veuve perdue qui se retrouve peu à peu dominée par cet énigmatique révérend. Douce et attachante, Lillian Gish prête quant à elle ses traits à la vieille femme solitaire et abandonnée par son fils, personnage qui représente - d'une certaine manière - l'ange gardien rassurant, mais aussi vengeur, des enfants. Justement, puisqu'on en parle, bravo également aux deux enfants, Billy Chapin et Sally Jane Bruce, très convaincants et déconcertants de naturel.

L'intrigue, cousue main et haletante de bout en bout, fait preuve d'une richesse et d'une imagination incroyables. Sans aucun temps mort, les rebondissements s'enchaînent sur un noir & blanc intense et tétanisant, et le suspense est soigneusement ménagé jusqu'au coup de théâtre final. D'autant plus que toutes les références bibliques auxquelles << La nuit du chasseur >> fait allusion sont parfaitement intégrées au récit et lui apportent un côté mystique aussi fascinant que déroutant... c'est à se demander où James Agee, le scénariste, est allé chercher tout ça ! L'ensemble est en outre sublimé par une musique tour à tour émouvante et inquiétante.

******

 EN CONCLUSION:

A mi-chemin entre le film noir et la parabole poétique, << La nuit du chasseur >> est un thriller inspiré et efficace; superbement servi par la composition merveilleusement démoniaque d'un Robert Mitchum au zénith de sa forme et de son talent.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce (Cette B.A. est en V.O. non sous-titrée)



Repost 0
Published by kleinhase - dans Chefs-d'oeuvre
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 03:15

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

FAUBOURG 36

Film français

Genre: Comédie dramatique

Durée: 2h00

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

En 1936, dans un faubourg populaire du nord de Paris, l'élection printanière du gouvernement du Front Populaire fait naître les plus folles espérances et favorise la montée des extrêmes. C'est là que Pigoil, Milou et Jacky; trois ouvriers au chômage, décident d'occuper de force le music-hall qui les employait il y a encore quelques mois, afin d'y monter un  nouveau spectacle. Le lieu sera ainsi le théâtre de la plus éphémère des belles entreprises...

******

           MON AVIS:

Quatre ans et demi après << Les Choristes >> (2004) et ses 8,5 millions d'entrées, on attendait le réalisateur Christophe Barratier (photo ci-contre) au tournant. Contre toute attente - et à la surprise générale -, alors que beaucoup de gens lui ont conseillé à maintes reprises de ne pas refaire un film musical (histoire de se renouveler un minimum et aussi afin de prouver qu'il sait faire autre chose), le jeune cinéaste a pourtant décidé de poursuivre sur la même voie (ou voix, pourrait-on dire aussi !) avec ce << Faubourg 36 >>. Et ma foi, force est de reconnaître qu'il a fort bien fait.

<< Les Choristes 2 >>, diront sans doute certains. Et bien non, même si << Faubourg 36 >> est encore un film d'époque ayant pour sujet la musique, et même si on retrouve quelques acteurs des << Choristes >>; les deux oeuvres sont néanmoins beaucoup trop différentes pour qu'on puisse les comparer. Et c'est justement là que Christophe Barratier a plus que réussi son second long-métrage. Il aborde pour la deuxième fois consécutive la musique (thème qui lui tient énormément à coeur), mais d'une autre façon, sur un ton moins léger et davantage mêlé à l'Histoire; tout en rendant un vibrant et magnifique hommage au music-hall et au cinéma des années 30.

Les comédiens, très bien choisis et tous très investis dans leurs rôles, sont absolument formidables. Gérard Jugnot, infiniment bouleversant en petit bonhomme ordinaire mêlé à une histoire extraordinaire; Clovis Cornillac (photo ci-contre), plus gouailleur que jamais et très à son aise dans un rôle de dur à la Jean Gabin; et Kad Merad, littéralement hilarant en imitateur inimitable; forment un trio attachant et tendre, se complétant à merveille. Quel plaisir aussi de retrouver les grands Bernard-Pierre Donnadieu et Pierre Richard (trop rares sur nos écrans), ainsi que le jeune Maxence Perrin, l'inoubliable petit Pépinot des << Choristes >>. Saluons aussi la performance de François Morel, excellent dans la peau de l'ami solidaire.

Mais la vraie révélation de ce << Faubourg 36 >>, c'est sans conteste possible la charmante et lumineuse Nora Arnezeder (photo ci-contre). Véritable perle rare à l'avenir déjà très prometteur, elle nous enchante immédiatement dès sa première apparition à l'écran, tout simplement grâce à sa beauté, son talent et sa voix d'or, qui, par moments, nous fait presque monter les larmes aux yeux. Personnellement, elle m'a tour à tour fait penser à Michèle Morgan (pour sa ressemblance physique assez frappante avec la comédienne aux << plus beaux yeux du cinéma français >>), ainsi qu'à Edith Piaf (pour sa voix, que j'ai parfois trouvé très proche de celle de << la Môme >>). En tout cas, pour son premier grand rôle, Nora Arnezeder se débrouille vraiment très bien et crève l'écran. Bref, un nouveau talent à suivre de près, de très près même.

Le scénario, même si quelques-uns trouveront peut-être qu'il se répète un peu, est très bien écrit et se suit avec un réel intérêt. Le contexte historique de l'époque est retranscrit avec justesse (les premiers congés payés, le désir de découvrir la mer, l'âge d'or des Années Folles...). Grand coup de chapeau également aux décorateurs, qui ont fait du travail remarquable: la reconstitution du Paris des années 30 est absolument époustouflante et très réaliste. Que dire enfin des chorégraphies, toutes plus superbes les unes que les autres (le numéro final est grandiose); et de la sublime musique ? Bien plus que d'accompagner le film, elle lui donne cette espèce de magie intemporelle et envoûtante, entraînant ainsi le spectateur dans une valse irrésistible et folle.

Si certains reprocheront sûrement à << Faubourg 36 >> d'être trop envahi par la nostalgie et les bons sentiments, l'amour sincère que porte Christophe Barratier envers la musique et le 7ème Art transparaît naturellement à travers cette oeuvre émouvante et généreuse, empreinte de poésie et d'humanisme. Avec << Faubourg 36 >>, Christophe Barratier nous livre sa propre mélodie du bonheur et nous offre - au final - un spectacle enchanteur et haut en couleur, d'une indéniable qualité. Un spectacle pour petits et grands, qui fait du bien au coeur et nous laisse repartir avec le sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux...

******

 EN CONCLUSION:

Quoiqu'on puisse en dire, << Faubourg 36 >> s'impose assurément comme l'un des films événements de cette rentrée 2008. Bref, un divertissement sympathique et agréable qui mérite vraiment le coup d'oeil, ne serait-ce que pour découvrir le joli minois et la voix incroyable de la douce Nora Arnezeder.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour toute la famille.

Site officiel

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce



Repost 0
Published by kleinhase - dans Films coups de coeur
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 19:49

Comédien remarquable, chanteur de génie, grand complice de Marcel Pagnol... Fernandel s'est imposé en une centaine de films comme l'un des géants du cinéma français. Retour sur la vie et sur la carrière de ce monstre sacré.

Il l'a dit: << Si je l'ai aimé ? Pensez donc ! J'avais Jésus-Christ comme partenaire ! >> (A propos de son rôle de prêtre dans la saga des << Don Camillo >>).

BIOGRAPHIE: il était une fois Fernandel...

Fernandel, de son vrai nom Fernand Joseph Désiré Contandin, est né à Marseille le 8 mai 1903, d'un père comptable et chanteur le dimanche au café-concert et d'une mère comédienne amateur. Fernandel a deux frères et une soeur. Il fait ses débuts sur scène à l'âge de 5 ans en chantant le répertoire militaire avec son frère aîné; mais c'est à l'âge de 7 ans qu'il connaît son premier grand succès, un jour où - paralysé par le trac -, il fut propulsé sur la scène par son père d'un grand coup de pied au derrière, ce qui provoqua une véritable tempête de rires. Par la suite, il n'eut plus jamais peur d'affronter le public. De 1915 à 1925, Fernandel exerça plusieurs petits boulots, notamment celui de garçon de course dans les banques marseillaises.

Dès le début des années 1930, le cinéma lui fait les yeux doux; et c'est grâce à sa belle-mère - qui le surnommait << le Fernand d'elle >> lorsqu'il courtisait sa future épouse - que l'artiste trouve son pseudonyme. Il apparaît d'abord dans << Le Blanc et le Noir >> (1930), puis dans << On purge bébé >> (1931) de Jean Renoir ou encore dans << Le rosier de madame Husson >> (1932). Plus tard, Christian-Jaque le dirige dans << François Ier >> (1937), qui lui apporte la consécration; et en 1939, il partage la vedette de << Fric-Frac >> avec Arletty et Michel Simon. Mais à cause de son profil chevalin, les premiers personnages que Fernandel interprète sur le grand écran sont souvent des benêts naïfs et maladroits.

En 1934, sur le tournage d'<< Angèle >>, sa rencontre avec Marcel Pagnol va marquer un tournant décisif dans sa carrière. Le cinéaste-écrivain fait éclater son talent au grand jour en le faisant jouer dans un registre plutôt dramatique: une révélation. Une grande amitié se noue alors entre les deux hommes et ils retravailleront ensemble sur << Regain >> (1937), << Le Schpountz >> (1938), << La fille du puisatier >> (1940), << Naïs >> (1945) et << Topaze >> (1951). Les succès cinématographiques n'empêchent pas Fernandel de poursuivre sa carrière de chanteur. Il joue dans de nombreuses comédies musicales qui, par la suite, deviendront souvent des films.

Désormais considéré comme une valeur sûre du cinéma français, Fernandel se voit confier des rôles beaucoup plus étoffés qu'à ses débuts. Les plus grands metteurs en scène se l'arrachent. En 1951, pour Claude Autant-Lara, il enfile la soutane d'un moine pris au secret de la confession dans << L'auberge rouge >>, comédie macabre nous contant les démêlés d'une poignée de voyageurs face à un couple d'aubergistes assassins (Françoise Rosay et Julien Carette), qui a pris la sale habitude de trucider ses clients avant de les dépouiller de leurs biens. En 1954, pour Jacques Becker, il prononce la fameuse formule magique << Sésame, ouvre-toi ! >> dans << Ali Baba et les 40 voleurs >>. En 1959, pour Henri Verneuil, il endosse l'habit d'un prisonnier de guerre dans << La vache et le prisonnier >>.

Les années 1950 verront aussi la naissance d'une comédie légendaire signée Julien Duvivier: << Le petit monde de Don Camillo >>, qui à sa sortie, en 1952, totalise plus de 12 millions d'entrées. Ce film culte - premier volet d'une longue saga - a pour sujet la guerre comique que se livrent Don Camillo (Fernandel), curé coléreux et têtu dialoguant en direct avec le Christ; et Peppone (Gino Cervi), maire communiste et bagarreur; dans un petit village d'Italie.

Toujours très actif dans les années 1960, le comédien affronte bientôt deux autres monstres sacrés du cinéma français: le premier sera Bourvil, avec qui il partage pour la première fois la vedette dans << La cuisine au beurre >>, en 1963. Le second sera Jean Gabin (qui avait déjà été son partenaire dans << Les gaietés de l'escadron >> en 1932), à qui il donne la réplique dans << L'âge ingrat >>, en 1964. Ensemble, Fernandel et Jean Gabin monteront leur propre maison de production, baptisée Gafer. En 1969, devant la caméra d'Henri Colpi, Fernandel joue dans ce qui s'avérera être son ultime long-métrage: << Heureux qui comme Ulysse >>, ou la belle histoire d'amitié entre un modeste valet de ferme et un vieux cheval.

Le 26 février 1971 à Paris, Fernandel tire sa révérence à l'âge de 67 ans, terrassé par un cancer du poumon.

ARRÊT SUR IMAGES...

Fernandel, Jean Gabin et Roland Armontel dans << Les gaietés de l'escadron >> (1932)

Josette Day, Raimu et Fernandel dans << La fille du puisatier >> (1940)

Gino Cervi et Fernandel dans << Le petit monde de Don Camillo >> (1952)

Bourvil et Fernandel dans << La cuisine au beurre >> (1963)

Fernandel dans << Heureux qui comme Ulysse >> (1969)

******

J'ai découvert Fernandel très tôt, grâce à des films comme << Le Schpountz >>, << Fric-Frac >> ou encore << L'auberge rouge >>. Artiste accompli aux multiples facettes, Fernandel était un comédien chaleureux et généreux, qui s'est toujours montré très accessible et très complice avec le public. Avec son irrésistible accent du Midi et son physique si particulier, Fernandel a laissé une trace indélébile dans l'histoire du cinéma français. Parmi sa longue filmographie, j'aime beaucoup << Naïs >>, << Le petit monde de Don Camillo >> et << Heureux qui comme Ulysse >>.

  

Site officiel

Vidéo souvenir

   



Repost 0
Published by kleinhase - dans Portraits
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 16:57

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

LA MAIN DU DIABLE

Film français

Genre: Fantastique, épouvante

Durée: 1h17

(Noir & blanc)

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

La nuit est tombée sur une petite auberge de montagne, qui accueille une trentaine de convives. Alors que l'assemblée s'apprête à souper, un voyageur du nom de Roland Brissot - amputé d'une main et tenant sous son bras un petit paquet - débarque à l'auberge d'un air affolé. Taciturne et froid, il recherche avec obsession l'emplacement d'un cimetière. A sa grande surprise, dès son arrivée à l'auberge, Roland reçoit un coup de téléphone anonyme; et au même moment, de curieux phénomènes se produisent dans l'auberge: la lumière s'éteint comme par magie alors que les fusibles sont parfaits, la porte s'ouvre et se referme toute seule, les clients ressentent des choses anormales autour d'eux et le paquet de Roland disparaît subitement alors que personne n'y a touché. Lorsque la lumière revient enfin, les clients - encore troublés par ce qui vient de se passer - regardent Roland d'un oeil bizarre. L'homme accepte alors de leur raconter son étrange histoire... Un an plus tôt. Roland, peintre raté, ne parvient pas à vendre ses tableaux. Mais ce n'est pas son seul malheur: effectivement, depuis quelques temps, il tente vainement de séduire Irène, une vendeuse rencontrée par hasard dans un magasin. Jusqu'au jour où Roland fait la connaissance de Mélisse, chef-cuisinier d'un restaurant. Ce dernier lui vend pour une somme dérisoire un talisman qui doit lui apporter succès et bonheur dans tous les domaines...

******

           MON AVIS:

Afin de commencer en beauté ce cycle consacré à l'angoisse au cinéma, autant débuter par un film au titre évocateur: << La main du Diable >>. Réalisé par Maurice Tourneur en 1942, ce film fantastique (genre dans lequel le cinéma français a peu donné, et c'est d'ailleurs bien dommage quand on voit la qualité de cette très réussie << Main du Diable >>) s'inspire d'un poème écrit par Gérard de Nerval en 1832. << La main du Diable >> est un titre que j'ai toujours trouvé intrigant et énigmatique, et c'est justement ce titre qui m'a principalement donné envie de découvrir ce petit bijou du cinéma français, dont l'histoire n'est pas sans rappeler celle de << Faust >>. Après visionnage, je ne peux dire qu'une seule chose: je me suis tout simplement régalée et j'ai vraiment passé un très bon moment de détente... et de frissons !

Quelques temps après la mythique << Trilogie Marseillaise >> (<< Marius >>, 1931; << Fanny >>, 1932; << César >>, 1936) de Marcel Pagnol, Pierre Fresnay (photo ci-contre) s'illustre ici dans un registre complètement différent. Tour à tour pathétique et naïf, terrifiant et terrifié; le comédien nous livre une composition exceptionnelle et littéralement impressionnante. A ses côtés, les seconds rôles - judicieusement choisis - rivalisent de talent et nous donnent le meilleur d'eux-mêmes, de Josseline Gaël à Noël Roquevert (photo ci-dessous); en passant par Pierre Palau (dernière photo, à gauche), véritablement excellent dans le rôle d'un diable au physique de monsieur Tout le Monde.

Le scénario, passionnant et très bien ficelé, nous tient en haleine de la première à la dernière seconde sans nous laisser le moindre moment de répit; et les rebondissements, tous plus inattendus les uns que les autres, s'enchaînent sans temps mort sur un noir & blanc magnifique et particulièrement inquiétant. Divinement orchestrée, la mise en scène alterne habilement suspense et fantastique, sans oublier - bien sûr ! - le romantisme. Le réalisateur a parfaitement su traduire l'atmosphère dramatique et oppressante qui entoure le héros, à travers d'intelligents jeux d'ombres et de lumières. A tout cela s'ajoute l'envoûtante et superbe musique composée par Roger Dumas.

******

 EN CONCLUSION:

Dirigé avec savoir-faire et servi par un grand Pierre Fresnay, << La main du Diable >> est un classique - hélas oublié - du cinéma français; qui n'a absolument rien à envier aux films d'Alfred Hitchcock. Bref, un chef-d'oeuvre à redécouvrir sans plus tarder.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir un extrait



Repost 0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 22:42

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS: SI VOUS N'AVEZ PAS VU CE FILM, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT !

LA FUREUR DE VIVRE

Film américain

Titre original: << Rebel without a cause >>

Genre: Drame

Durée: 1h46

(Tous publics)

******

 L'HISTOIRE:

Jim Stark vient d'emménager dans une nouvelle ville. Adolescent à problèmes - coincé entre un père qui ne parvient pas à assumer ses responsabilités parentales et une mère trop envahissante - Jim, décidé à saisir sa chance de s'engager dans une meilleure voie, essaye tant bien que mal d'échapper à un univers familial qu'il ne supporte plus. Mais dans le nouveau lycée où il vient d'entrer, Jim ne tarde pas à devenir la risée de Buzz, chef d'une bande très redoutée. Suite à une provocation, Jim et Buzz se battent au couteau, et c'est finalement Jim qui triomphe. Mais Buzz, désireux de prendre sa revanche, lance un nouveau défi à Jim: une course de voitures, qui aura lieu juste en face d'un dangereux précipice...

******

           MON AVIS:

Voici un film que j'ai découvert très récemment et qui a été pour moi une très bonne surprise cinématographique. Pourtant, au départ, cette << Fureur de vivre >>, réalisée par Nicholas Ray (photo ci-contre, à gauche de James Dean) en 1955, ne me disait vraiment rien. C'est un proche qui m'a convaincue de tenter le coup, et après avoir rechigné pendant un petit moment, j'ai finalement accepté. D'abord peu emballée, je me suis cependant laissée emportée peu à peu par l'histoire, l'histoire d'une révolte... et je ne l'ai pas regretté ! << La fureur de vivre >> a été pour moi une véritable claque (dans le bon sens du terme, entendons-nous bien !), un coup de coeur inattendu; et surtout, la découverte d'un comédien mythique que je ne connaissais que de nom: James Dean. J'ai été littéralement conquise par ce film, ce qui ne m'était pas arrivé depuis un petit bout de temps. Ce film m'a conquise parce qu'il a su me parler et réveiller mon imagination de manière très puissante. << La fureur de vivre >> m'a touchée droit au coeur, et ça, c'est sans aucun doute le plus beau cadeau que le cinéma puisse offrir au spectateur.

James Dean, dont la disparition tragique et prématurée n'a jamais cessé de fasciner, incarne à merveille l'archétype de l'adolescent rebelle et solitaire, perdu dans une Amérique encore marquée par la Seconde Guerre Mondiale. Idole de toute une génération, James Dean ne joue pas son rôle, il le vit: il a su cerner et exprimer comme personne les rêves et les tourments d'une jeunesse révoltée et violente. Autour de lui, les personnages secondaires sont dépeints avec force et évoluent avec finesse sous les traits d'acteurs fantastiques, tels que Natalie Wood (photo ci-contre), sublime; Sal Mineo (photo ci-dessous, à gauche), bouleversant; ou encore Jim Backus, impeccable en père dépassé par les événements.

Si ce film m'a autant plu, c'est sans doute parce qu'il aborde un sujet qui nous concerne tous plus ou moins: l'adolescence. Période de troubles - peut-être la plus difficile dans la vie d'un être humain - au cours de laquelle les jeunes se cherchent, se découvrent, s'apprivoisent et mettent parfois leurs vies en danger pendant des défis, ceci afin de ne pas passer pour un lâche et d'être ainsi accepté au sein d'une bande. Cette étape délicate et (malgré tout) importante de la vie - souvent source de conflits et d'incompréhensions avec les parents ou les proches - est restituée avec une rare maîtrise dans cette oeuvre sensible et juste, portée par une musique aussi grandiose que poignante, aussi rythmée que révoltée. La musique tient en effet un rôle majeur dans << La fureur de vivre >>, puisqu'elle illustre à travers de vibrants accords les doutes et les souffrances des héros.

******

 EN CONCLUSION:

Plus de cinquante ans après sa sortie, le propos de << La fureur de vivre >> est toujours d'actualité, et le spectateur ne ressent aucun mal à s'identifier aux personnages. Du grand, du très grand cinéma. Assurément.

K.H.

 AVIS PERSONNEL: Pour adolescents et adultes.

Cliquez ICI pour voir la bande-annonce (Cette B.A. est en V.O. non sous-titrée)



Repost 0
Published by kleinhase - dans Chefs-d'oeuvre
commenter cet article
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 18:03

Je vais encore me répéter (oui, je sais, je radote un peu ! :D) mais je voulais juste faire une petite parenthèse afin de remercier tous ceux et celles qui ont cliqué 800 000 fois sur ce blog. Ce blog qui, actuellement, se trouve dans une mauvaise passe et commence à donner de grands signes d'essoufflement... Mon blog s'essouffle et moi avec.

Mais cette mauvaise passe n'est pas récente: depuis quelques temps déjà, l'inspiration me fait défaut... et la motivation également. Pourtant, je souhaiterais aborder encore de nombreux films, mais je ne sais pas pourquoi, j'ai comme l'impression que ma plume s'est envolée, me laissant tomber comme une vieille chaussette (pas très poétique tout ça, m'enfin bref :D)...

Pour tout vous avouer, il y a des jours où j'envisage sérieusement de mettre un terme définitif à la belle aventure du << Cinéma de Kleinhase >> (ou au pire, arrêter ce blog pour en commencer un nouveau...). Si je ne le fais pas, c'est uniquement parce que j'aime trop le cinéma et aussi parce que je pense que je n'ai pas encore fait le tour de tous les films qui sont, à mes yeux, essentiels. Je vais donc essayer de poursuivre malgré tout ce blog (au moins jusqu'à la fin de l'année), mais je vous préviens tout de suite que le rythme des mises à jour risque d'être moins régulier qu'auparavant, car désormais, il me faut plus de temps pour pouvoir écrire une critique.

Pour la suite, c'est l'avenir qui décidera du sort de ce blog... en attendant, << Le Cinéma de Kleinhase >> va continuer tranquillement son chemin. Tranquillement mais sûrement.



Repost 0
Published by kleinhase - dans Humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le Cinéma de Kleinhase
  • Le Cinéma de Kleinhase
  • : Et oui, les petits lapins aiment eux aussi le cinéma... et en dehors des carottes, j'aime sortir de mon terrier pour visionner des films ! Bonne visite et bonne lecture !
  • Contact

Recherche

Liens